French
St Germain des Bois (18)
St Germain des Bois (18)
Hier-aujourd'hui...demain
Origines
Meurtre du curé
De 1945 à 1950
Le 147ème GTE
L'Eglise
Les Maires
Les projets
Réalisations
Pour modifier l'affichage, éditez les styles des éléments correspondants (normalement la Zone "Cadre Principale").

Pour modifier les liens du menu, éditez, copiez-collez ou supprimez les éléments-liens dedans.

Pour cacher un élément sans le supprimer, utilisez sa propriété Visible.
Origines de la Commune
Des tumuli celtiques sont découverts sur le térritoire, traversé par la voie romaine qui relie Bourges à Clermont-Ferrand [ La voie d'Avaricum (Bourges) à Augustonemetum (Clermont) par Bruère Allichamps, Aquae Neri (Néris) et Menat ] , ainsi qu'un cimetière mérovingien contenant des sarcophages.  


La paroisse, sous le vocable de Sanctus Germanus de Nemore, du XIIe siècle, donne son nom au village. Ce dernier est mentionné en 1159, dans une charte de franchise accordé par Louis VII au bénéfice de la paroisse, qui dépend de Saint-Pierre-le- Puellier, et qui est signée notamment par les seigneurs Raoul d'Issoudun et Bérard de Lignières, puis confirmée par Philippe Auguste en 1202. La chapelle Saint-Jean de Brou est également la possession de ce chapitre berruyer, comme le confirme une bulle du pape Alexandre III au XIII ème siècle.   
  
La seigneurie, qui relève de la Grosse Tour de Dun-le- Roy, est associée à celle de Chavannes. Au XIIIe siècle, elle est détenue par la famille Pelorde, puis par les Giac au XIVe siècle. Pierre, de cette dernière maison, qui est jugé et exécuté pour trahison envers Charles VII, en est le seigneur en 1422; les terres sont vendues par Louis, en 1445, à Guillaume Bastard et Denis Alligret. La mesure de l'aune pour détailler le drap, qui est fixée par le seigneur, est reportée sur l'une des pilles de l'église.   
  
La chapelle Saint-Jean de Brou est vendue en 1796 et transformée en habitation.   
  
Le paysage agraire de la commune, essentiellement organisé autour de hameaux jusqu'au XVIIIe siècle, évolue avec le développement de petites locatures, qui sont disséminées au fil des nouveaux défrichements.
1307 - meurtre du du curé de St Germain-des-Bois
Voici une étrange affaire révélée par les archives de la cour de justice royale et impliquant directement les cisterciens de Noirlac. L’histoire se déroule à Saint Germain des Bois, petite paroisse située au sud de Bourges, dans laquelle les moines de Noirlac étaient détenteurs de dîmes novales, c’est à dire de dîmes prélevées sur des terres défrichées depuis moins de quarante ans. Ces rentes étaient partagées avec le curé de la paroisse, dépendant de l’église collégiale de Saint-Pierre-le-Puellier, de Bourges. 

On ignore l’origine de la dispute entre les deux établissements religieux, mais on peut supposer qu’elle avait été annoncée car le bailli de Berry était présent sur place pour mettre le curé de Saint Germain sous la protection du roi lorsqu’une troupe composée de moines et convers de Noirlac accompagnés de complices clercs et laïques s’en pris au curé et à l’officier royal. Tandis que le curé était battu à mort, le bailli subissait lui-même l’assaut de plusieurs agresseurs tentant de le désarçonner. Circonstance aggravante : la présence de l’abbé de Noirlac en personne, qui ne tenta 
pas de retenir ses gens et qui se rendit ainsi coupable de complicité de meurtre et d’agression envers un représentant du roi, soit un délit s’apparentant à un crime de lèse-majesté. 

L’enquête fut confiée à une double juridiction : la justice royale d’une part et l’Official de Bourges, compétent dans les affaires judiciaires impliquant des clercs. Convaincue par les conclusions de l’enquête, la cour de justice du roi prononça des peines très sévères à l’encontre du monastère 
cistercien. Noirlac se vit condamné à payer 800 livres tournois envers le curé de St Germain, 500 livres envers le roi, 20 livres d'amende pour injure au prieur et au chapitre de Saint-Pierre-le-Puellier et 20 
livres envers le bailli victime de l’agression. On supposera que les 800 livres dues au curé revinrent en partie aux ayant-droit de la victime. 

Redoutant que Noirlac ne tarde à s’exécuter, le roi Philippe le Bel alla encore plus loin le 14 janvier 1317 en mettant sous séquestre tous les biens temporels de l'abbaye jusqu'à complet paiement de l’amende. 

Une lettre est même envoyée à l'abbé de Cîteaux pour lui demander de punir les moines, les convers et leurs complices. Si l'abbé ne s'exécute pas, le roi menace d'appliquer lui même des sanctions. 

Cette affaire, comme on peut le voir, éloigne encore un peu plus l’abbaye de Noirlac de son image d’univers contemplatif presque parfait que certains se plaisent à décrire et rappelle l’historien à la réalité du quotidien médiéval. L’abbé de Noirlac se conduit avec une brutalité qui pourrait bien être le reflet de la pauvreté et des temps difficiles que son abbaye traverse en ce début de XIVe siècle. Le début de cette longue dépression économique qui conduit la France à affronter des soulèvements populaires, des disettes et des épidémies ont pu commencer à se faire sentir en Berry assez précocement et cela peut expliquer, à défaut de justifier, que des ecclésiastiques issus pour la plupart de la noblesse locale se soient comportés comme de vulgaires voyous. 

(Extrait du blog Berry Médiéval)
Les années 1945 à 1950
Dans ces années-là, la commune comptait environ 800 habitants. Toutes les maisons étaient habitées et les fermes employaient beaucoup de personnel : les charretiers, les vachers, les servantes etc… autant de métiers disparus. Il y avait environ 50 exploitations agricoles. On en comptait 10 au bourg et à Montereau, 9 à Celon, 4 à la Foule, 2 à Largineau, 6 à la Chapelle, 1 à la Pierre, 6 à Poilvilain, 1 à Rouffeux, 6 à la Jarry, 1 au Fourneau, 1 à la Fin, 2 au Goulet et enfin 1 à la Croix d'yard.   
  
Les travaux des champs se faisaient principalement avec des chevaux. Il y avait un grand nombre d'animaux dans les fermes. Le paysage était très différent de celui d'aujourd'hui avec beaucoup de petits champs, de prés, de haies, de chemins, de buissons et d'arbres. La mécanisation et le remembrement n'avaient pas encore fait leur œuvre.   
  
Dans le bourg, plusieurs commerces étaient en activité : 2 épiceries (Mme Joly et M Mme Tissier), 1 boulangerie (M Mme Lichon), 1 boucherie (M Mme Laforge), 3 cafés (M Mme MARTIN, M Mme Tissier, et celui de la gare M Ramat), 1 maréchal-ferrant (M Malassenet), 1 entreprise de maçconnerie (M Foucrier) et une entreprise de battage (M Massicot). M Martin, le cafetier exerçait également le métier de coiffeur-barbier ainsi que sabotier. Les samedis soirs, les hommes allaient se faire raser et couper les cheveux chez M Martin (la barbe et les moustaches étaient fort à la mode). C'était l'occasion d'un moment de convivialité, d'échanges et de distractions en fin de semaine.  
  
Lors des fêtes (Pâques, Pentecôte, Communion solennelle etc..) des bals étaient organisés chez les cafés Martin et Tissier. La fête de St Blaise et la fête patronale étaient déjà respectées et très prisées.  
Trois écoles animaient le bourg : une maternelle mixte (à droite du bâtiment de l'école actuelle), une primaire pour les filles (école actuelle) et une pour les garçons (actuelle salle de réunions de la mairie) ; les enfants venaient à pied et apportaient leur déjeuner. Les élèves passaient leur certificat d'études dès que les instituteurs les en jugeait capables. Certains quittaient l'école à 10 ou 11 ans pour aller travailler afin de soulager leur famille.  
  
M. Hude, le garde-champêtre, assurait la sécurité et l'information auprès des administrés armé de son képi et de son tambour. M Bastat, le chef de gare, voyait arriver chaque samedi matin, les habitants de la commune qui venaient emprunter le tacot afin d'aller vendre leurs produits (œufs, beurre, volailles etc…) à la halle au blé à Bourges; l'occasion pour eux également de faire quelques achats dans les magasins de la ville. Tous les matins, le courrier arrivait par le tacot à la gare. M Bouard, le receveur de la poste, le récupérait et M Gamard, le facteur, le distribuait à bicyclette. Le tacot cessa de circuler en 1951.  
  
M. Bertin tenait le café de Barantheaume. A Celon, c'étaient M Mme Gaudry ; M Mme Gamard assuraient le café-épicerie. Des bals furent organisés dans ces deux établissements ; après quatre années de guerre et de privations, les gens avaient grand besoin de s'amuser.  
  
A la Chapelle, M Bajot le charron fabriquait et réparait les roues des tombereaux et brancards. Il fabriquait également les cercueils et en assurait le transport lors des enterrements.  
  
La commune était très animée à cette époque-là car la plupart des habitants travaillaient sur place. La vie était rythmée par les saisons et les travaux des champs. A l'automne, on entendait le bruit régulier de la batteuse qui oeuvrait. Elle changeait de ferme tous les 2 ou 3 jours. C'était la fête pour les enfants car il y avait beaucoup de gens à la ferme et à table lors des repas. Les femmes avaient fort à faire pour ravitailler tout ce monde. Toute la famille participait car il y avait souvent trois générations sous le même toit.  

Le 147ème GTE
Durant la guerre 1939-1945 plus de 200 camps de détention de prisonniers sont ouverts en France. Ces camps sont crées pendant le régime de Vichy. Il détiennent des républicains espagnols, des juifs résistants, des communistes, des francs-maçons...  
Deux d'entre-eux sont basés dans notre département. L'un est à Meillant et l'autre à St Germain des Bois. 

Le Camp du 147ème GTE (Groupement des Travailleurs Etrangers) est installé à Barantheaume et dirigé par le Capitaine Jean-Marie Collard. Environ 200 hommes y sont détenus. Pour "accueillir" ce nombre impressionnant d'individus, les maisons du hameau ne sont pas assez nombreuses. Il est donc décidé de construire des baraquements. En attendant la mise nen place de ces baraques, une réquisition civile de locaux est organisée pour "heberger" tous ces prisonniers. Ils sont répartis dans les fermes allentour à la Foule, à Largineau, à la Chapelle, à la Pierre...  

Le Camp de Barantheaume est d'abord exclusivement composé d'Espagnols. En dévrier 1941, les baraquements sont finis d'installer près des maisons derrière le café.  
La plupart des prisonniers est employée par les Eaux et Forêt. Ils exploitent les forêts de Barantheaume, de Contres et de Meillant. Ces hommes travaillent dans les bois mais également dans les fermes quand les bras font défaut. Ceux-ci sont de bons ouvriers, courageux et volontaires. 

Début 1943, la liste nominative officielle des TE (Travailleurs Etrangers) du 147ème GTE s'établit à 74 Polonais et 239 Espagnols. Cette main d'oeuvre quasi gratuite et efficace est très importante pour l'économie française en général et pour l'activité de nos entreprises locales en particulier. 

Au fur et à mesure du temps qui passe, ces TE vont travailler aux Fonderies de Rosières, aux Etablissement Labbé et aux Forges de la Boissière à St Florent sur Cher ainsi qu'à la Companie Electrochimique de Bigny. 

Mme Desbois qui habite Barantheaume se souvient que sa maison était le "Foyer", le lieu de rencontre de ces Travailleurs Etrangers. 

Courant 1944, le nombre de TE diminue progressivement. En septembre, le Camp vit ses dernières heures. Le 2 précisément, au cours d'un engagement entre le FFI et les Allemands qui se replient, le 147ème GTE est entièrement détruit. L'ennemi met le feu au cantonnement, plusieurs maisons sont incendiées, un surveillant du Camp est tué ainsi qu'un habitant du hameau.  
Dès les premiers mois de 1945, tous ces ouvriers de l'industrie et de l'agriculture font l'objet de demande de libération. Elles seront toutes acceptées. 

Parallèlement à ce Camp installé sur notre commune, des réfugiés espagnols ont trouvé asile chez des habitants de St Germain des Bois. Plusieurs enfants en âge d'être scolarisés ont fréquenté régulièrement les écoles. Après des mois, des années de guerre et de souffrance, des liens se sont tissés entre ces exilés et les personnes qui les ont recueillis. Certaines familles se sont installées définitivement en France. Aujourd'hui encore, des habitants de St Germain des Bois gardent des précieux contacts avec leurs amis Espagnols.  
  
  
Merci à Mme Marie DESBOIS et à M. Jean FONTAINE pour leurs témoignages.  
Extrait du livre : "Camps et lieux d'internement en Région Centre" de Gérard FERRAND
 

L'EGLISE
Cette église comporte une nef unique plafonnée, un coeur couvert d'un berceau aigu qui portait sans doute un clocher, et une abside voûtée en cul-de-four et éclairée par trois baies. Le pignon de la nouvelle travée occidentale est construit au XIXe siècle, afin de supporter un clocher. La porte romane est remontée sur la façade. Elle est encadrée de quatre colonnettes, dont la forme aplatie des bases, avec griffes aux angles, est caractéristique du style roman.
Modillon 
XIIe siècle (Calcaire), Eglise Saint-Pierre  
Le profil chanfreiné décoré d'entrelacs avec oves, de la coniche de l'abside est porté par des modillons. Cet ornement sculpté de deux pieds joints comportant quatre doigts est très rare et leur symbole est inconnu à ce jour.
Bénitier 
1768 (Pierre), Eglise Saint-Pierre  
Ce bénitier en pierre dédicacée nous permet d'en savoir l'origine :
"A la diligence d'Urbain Maillet"
Les Maires de notre Commune
1790 Alexandre CHEVALIER de BRIDIER 
   
1791 Claude POISSON 
   
1793 Pierre Etienne BEAUBOIS 
   
1795 Claude POISSON 
   
1805 Alexandre BRIDIER 
   
1808 Pierre Alexis VAILLANT 
   
1820 Marcellin CADET DEVAUX 
   
1826 BESLIARE 
   
1828 François DARNAULT 
   
1835 Marcellin DEVAUX 
   
1837 Jean LESAGE 
    
1848 MARTIN 
    
1857 Jean LESAGE 
   
1888 François COQUIN 
    
1900 Antoine TISSIER 
   
1908 Georges HARRAULT 
   
1929 Emile CHAUVEAU 
    
1935 Alphonse MAUJOIN 
   
1959 Marcel BUCHAILLE 
    
1965 Robert MASSICOT 
    
1971 Emile DESDIONS 
    
2006 Bernard DESABRES 
    
  
2008 Guy VILLAUDY


Projets 2017
  • Création d’un parking route de Levet 
  • Enfouissement des réseaux aériens rue de l’ancienne gare 
  • Installation d’un sens unique rue de Beauvoir 
  • Travaux de mise en accessibilité de la salle des fêtes pour les personnes à mobilité réduite 
  • Reboisement en forêt communale dans les parcelles 35-37-38-40 et 42 pour une surface de 7ha17 
  • En fonction des aides obtenues : 
- Avancement des dossiers de reprise de sépultures au cimetière 
- Sécurisation du hameau de Barantheaume 
- Projet d’aménagement routier des entrées de bourg
Historique des réalisations
2016
Aménagement de deux logements locatifs route de Barantheaume 
Aménagement et élargissement de carrefour à la Chapelle pour la circulation des bus scolaires
En plus des travaux ci-dessus :
  • Installation de lanternes et prises de courant à l’extérieur de la Mairie 
  • Travaux de peinture sur les menuiseries extérieures et volets de la Mairie
  • Re profilage et busage d’un fossé à ciel ouvert au lotissement « Les Petites Varennes » 
  • Travaux en forêt communale avec le concours de l’ONF 
2015
Mise en place des noms de rues et numérotation 
Réfection totale du logement dans la cour du bar restaurant 
Réparation de la voie communale entre l’église et les logements 
En plus des travaux ci-dessus :
  • Installation de prises et décorations lumineuses sur les candélabres route de Dun sur Auron 
  • Travaux de peinture à la salle des fêtes 
  • Travaux d’entretien dans la forêt communale suivant le plan d’aménagement

2014
Aménagement carrefour D132-VC9
Rejointoiement muret Cimetière
Réfection portail cimetière
Peintures portes et façade locaux techniques
Remise en état chemin Billy à La Chapelle
Plantations, aménagement monument aux morts
En plus des travaux ci-dessus :
  • Travaux en forêt communale suivant le plan d’aménagement proposé par l’ONF (Office National des Forêts)
  • Installation de décorations lumineuses sur les candélabres route de Levet 
  • Remplacement des deux derniers ventilo-convecteurs à la salle des fêtes

2013
Enfouissements à Barantheaume
Création aire de retournement à Montereau
Goudronnage chemin de La Pierre
Pose de barrières en forêt communale
Illuminations Mairie
Illuminations Église
Peinture entrée et bar Espace E.Desdions
Remplacement congélateur Espace E. Desdions
Remplacement convecteurs Espace E. Desdions
2012
Réfection façade mairie
Aménagement jeux d’enfants aux lotissements
Installation d’un défibrillateur à la mairie
Installation d'un abri face à l’entrée de l’école
Réfection en régie d’un logement 
place de l’église

En plus des travaux ci-dessus :
  • Achat d’un immeuble et d’un terrain attenant route de Levet
  • Réfection des peintures de la cuisine et des toilettes de l’Espace Emile Desdions 
  • Mise en place d’un panneau d’affichage 
  • Pose de fermetures au local technique

2011
Construction d’un hangar pour l’agrandissement des locaux techniques
Achat d’un véhicule utilitaire à benne de 3,5T 
Renforcement et gravillonnage d’un chemin à La Pierre
Plantation de végétaux route de Senneçay
Mise en place d’une cartographie communale en centre bourg
Restructuration du cimetière 
Installation d’un livre du souvenir dans l’espace cinéraire

Stationnement réservés aux per-sonnes à mobilité réduite à l'école et l’espace Emile Desdions
En plus des travaux ci-dessus :
  • Achèvement de la carte communale 
  • Mise en peinture des boiseries extérieures du bar restaurant et de la cantine 
  • Installation d’un abri pour les jeux de la classe maternelle 
  • Travaux en forêt communale suivant le plan d’aménagement 

2010
Aménagement paysager route de Dun et de Levet 
Mise en place d‘arches aux entrées de bourg
Achat d‘une armoire frigorifique pour le bar-restaurant 
Pose d‘un columbarium, d‘un banc et d‘un robinet sécurisé au cimetière pour le nettoyage des sépultures
En plus des travaux ci-dessus :
  • Réfection de voirie en centre bourg 
  • Reprofilage, renforcement et goudronnage d‘un chemin à La Foule 
  • Démoussage du toit, achat de tables, diables, chariot pour « l‘Espace Emile Desdions »
  • Pose de barrières supplémentaires pour sécuriser la sortie de l‘école
  • Achat d‘une débroussailleuse et d‘un coupe-bordure
2009
Achat d'un tracteur et de matériel adapté au broyage et à l'élagage
Extension de la cantine, création d'un local pour l'accueil périscolaire et construction d'un préau
En plus des travaux ci-dessus :
  • Achat d'un terrain route de Senneçay 
  • Mise en place de la carte communale 
  • Restructuration du cimetière sur 3 ans
  • Reprofilage et réfection d'une voie communale à Barantheaume
  • Pose d'une buse supplémentaire en traversée du RD28
  • Achat d'un four de remise en température pour la cantine
  • Mise en place de rideaux sur la face ouest de la salle des fêtes
  • Extension de l'éclairage public et installation d'un abri de bus à La Jarry
  • Remise en sonformité de la salle des fêtes et des divers batiments communaux
  • Réfection de certains vitraux de l'église
  • Nettoyage de fossées à Celon
  • Peinture des boiseries extérieures de deux logements communaux
2008
Plantation cèdres dans la forêt communale
Remplacement des bornes par des lampadaires à la salle des fêtes
Aménagement du lotissement des Petites Varennes (2ème phase)
En plus des travaux ci-dessus :
  • Achèvement des travaux d’éclairage public route de Dun, Levet et Barantheaume
  • Réfection de chemins à la Chapelle et à Montereau
  • Restauration du monument aux morts
  • Achat d’une tondeuse autoportée et d’un taille haie thermique
  • Achat d’une remorque pour le transport de la tondeuse autoportée
  • Achat d’un réfrigérateur pour la cantine
  • Etude aire de loisirs
2007
Rénovations de l'ancien Presbytère avec aménagement de 3 logements
Aménagement lotissement "Les Petites Varennes" (18 parcelles)
Buses et fossés à Montereau
Confection et mise en place d'un abri bus au carrefour D28 et route de Celon
En plus des travaux ci-dessus :
  • Enfouissement ligne BT route de Levet/Barantheaume et EP
  • Changement de 9 lampadaires au lotissement "Tranche-pieds"
  • Eclairage parking salle des fêtes - 5 lampadaires
  • Changement de 4 fenêtres et une porte côté sud de la salle des fêtes
  • Aqueducs aux marais et à Poil-Vilain
  • Bordures virages Celon, La Chapelle et Montereau
  • Réfection de chemins à La Tour, Du Parc et Montereau
  • Aire de stockage bois dans la forêt communale
  • Panneaux clignotants pour passage protégé école
  • Achat micro-ordinateur et appareil photo numérique
  • Achat d'un colombarium de 10 cases
2006
Rénovations du logement "Mairie"
Aménagement lotissement "Les Petites Varennes" (1ère phase terminée)
Commencement rénovation du Presbytère
En plus des travaux ci-dessus :
  • Préétude aménagement aire de loisirs - Forage fait
  • Changement matériel informatique
  • Achat petit matériel et décorations de Noël
2005
  • Aménagement local technique, garage, vestiaire employés communaux
  • Extension éclairage public à Montereau
  • Extension et changement de tous les lampadaires vétustes à Celon et Barantheaume
  • Commencement rénovation logement dans le bâtiment mairie
  • Changement matériel informatique
  • Achat petits matériels : tondeuse, pulvérisateur, tronçonneuse, mono-brosse
2004
  • Elagage de pins en forêt communale et entretien sur semis de chênes
  • Etude confiée à un cabinet spécialisé afin de determiner le type d'assainissement applicable à partir de l'année 2006, sur tout le territoire communal
  • Fin des travaux engagés pour la refection des locaux administratifs et de la salle de réunion
  • Aménagement d'un restaurant scolaire dans le périmètre des écoles et création d'un accueil périscolaire en utilisant les mêmes locaux
  • Travaux de voirie : renforcement de chemins ruraux suite au orages et pluies diluviennes du mois de juillet
2003
  • Elagage de pins en forêt communale et entretien sur semis de chênes
  • Plantation de tilleuls sur la place de la Mairie
  • Travaux d'aménagement des locaux administratifs et associatifs
  • Aménagement d'une salle d'archives
  • Aménagement de l'ancienne salle de classe en salle du Conseil Municipal qui sera mise à disposition des Associations Communales pour leur différentes réunions
  • Le bureau de l'agence postale a subi queleques transformations dans sa disposition et son volume
  • Travaux de voirie qui ont été effectueés sur des chemins ruraux déjà viabilisés (renforcement et gravillonnage)
2002
  • Renforcement et réfection du chemin rural de La Pierre
  • Travaux d'étanchéité sur la couverture de l'église et refection de la couverture de la sacristie
  • Installation d'un deuxième poste d'eau au cimetière
  • Implantation et remplacement de signalisation routière pour renforcer la sécurité lors de l'entrée et de la sortie des enfants de l'Ecole
  • Aménagement de  2 logements locatifs dans l'immeuble acquis par la commune sur la place de l'église (dépense : 122.215 € HT)
  • Depuis le mois de Janvier, un nouveau service est proposé à la cantine de l'école.12 à 15 repas par jour sont servis aux écoliers
2001
  • Aménagement et transfert du bureau de l'agence postale dans le bâtiment de la mairie
  • Travaux de réparation et restauration de l'Eglise pour un montant de 575.000 F HT (subventionnés à 50% par le Conseil Général) inaugurée le 6 mai 2001
  • Electification des cloches pour un montant de 55.000 F dont 25.000 F en don de l'association des Alis de l'Eglise
  • Aménagement de la voirie du lotissement communal pour un montant de 375.000 F
  • Achat de l'immeuble qui appartenait à Mme Jeandeaud